La réforme de l’assurance-chômage

Par KARMA BLOG Actualités Aucun commentaire sur La réforme de l’assurance-chômage

Dès le début de son mandat présidentiel, Emmanuel Macron a revendiqué son désir de faire évoluer l’assurance-chômage, notamment pour la rendre universelle. Présentée pour la première fois en avril dernier, la réforme de l’assurance-chômage sera mise en œuvre au cours de l’été 2018. À quoi faut-il s’attendre ?

Certains démissionnaires concernés

La première grande mesure de la réforme de l’assurance-chômage devait au départ permettre à tout démissionnaire d’être indemnisé. Finalement, face au coût bien trop important d’un tel déploiement, le projet dévoilé en avril dernier par le gouvernement, qui vient d’être approuvé par les députés, prévoit que les salariés qui démissionnent en ayant un « projet de reconversion professionnelle » pourront bénéficier de l’assurance-chômage pendant deux ans, à condition de justifier d’une ancienneté « ininterrompue » d’au moins 5 ans dans l’emploi. Au total, ce sont 30 000 personnes chaque année qui devraient être concernées.

La question des indépendants

Toujours dans cette logique d’assurance-chômage universelle, Emmanuel Macron avait également laissé entendre que tous les travailleurs indépendants pourraient profiter d’une indemnisation en cas de perte de leur activité. En définitive, la réforme approuvée en ce mois de juin 2018 met en place un dispositif très encadré, qui touche les indépendants en situation de liquidation judiciaire pouvant justifier d’un revenu d’au moins 10 000 euros sur l’année. Ces derniers pourront bénéficier d’une indemnisation plafonnée tant sur le montant (800 euros par mois) que sur la durée (6 mois).

Le contrôle des chômeurs renforcé

En marge de ces nouvelles aides, la réforme de l’assurance-chômage débouchera sur des sanctions plus dures pour les chômeurs qui ne respecteraient pas certaines de leurs obligations. Par exemple, si leurs recherches d’emploi sont insuffisantes, les personnes concernées verront leurs allocations suspendues pendant un mois, voire plus. Plus menaçant, les allocations seront à nouveau suspendues et amputées d’une partie de leur montant en cas de récidive. À l’inverse, d’autres sanctions, pour le refus d’une formation, l’absence à un entretien ou encore le refus d’une offre d’emploi, seront allégées, voire complètement supprimées.

Mais comment surveiller l’activité de recherche d’emploi des chômeurs ? Cela passera par un contrôle du journal de bord numérique de chacun, dans lequel les demandeurs d’emploi devront renseigner de manière mensuelle leurs actes de recherche d’emploi. Ce carnet de bord devrait être testé à partir de mi-2019 dans quelques régions de France.

Du changement du côté des entreprises aussi

Enfin, l’un des autres grands points de la réforme assurance-chômage souhaitée par Emmanuel Macron, c’est le suivi des entreprises, visant à limiter l’utilisation des contrats courts. Cela impliquera notamment un système de malus sur les cotisations patronales d’assurance-chômage si les entreprises ne restreignent pas suffisamment leur recours aux CDD, à l’intérim et aux intermittents, qui coûtent cher à l’assurance-chômage. Alors, au travail, il y a du changement dans l’air !

  • Partager:

Commentaire